top of page

LE MOLI D'OLI

Village médiéval niché dans les hauteurs sur la route des Gorges du Verdon, Bargemon fait partie des plus beaux et pittoresques sites de la Dracénie. Surnommé "Perle du haut Var", son patrimoine est l'un des plus important de notre région. D'abondants cours d'eau, souterrains ou non, alimentent le village et ses alentours. Les fontaines et lavoirs nous enchantent à chaque coin de rue. De nombreux moulins existaient encore il y a quelques décennies. L'extraction de differents minéraux, la minoterie et la culture de l'olive étaient les activités premières du village avec l'élevage et l culture céréalière. 

Le moulin du Pré-Conduit situé dans la vallée de la Doux, fait partie des très nombreux moulins qui jalonnaient le canal des Usines. Déjà inscrit à l'inventaire du patrimoine national ordonné par Napoléon III à Prosper Mérimée au milieu du XVIIIe siècle, il faisait partie des grands moulins qui conjuguaient l'extraction d'huile d'olive et la ressence. Joyaux de notre village et de nos traditions, les années l'ont mis à mal. 

Nous ne pouvons abandonner ce moulin communal.

Image de Melina Kiefer

Le moulin oléicole de Bargemon

RESTAURATION DU MOULIN ET VALORISATION DU PATRIMOINE OLÉICOLE

Renouveau du moulin : vers un musée vivant

" Au départ, ce moulin communal était partagé par trois communes : Bargemon, Claviers, et Seillans. Les bonnes années, on
a trituré ici jusqu’à 120 tonnes d’olives", détaille Catherine.

Presque en ruine en 1979, la partie du moulin à huile de Bargemon a été restaurée par le Syndicat oléicole du Riou, sous l’appellation de Coopérative de l’Est-Varois (1).

Lorsque cette coopérative s’est dissoute en 2019, "ses membres dans la fleur de l’âge n’ont trouvé personne pour prendre le relais. La commune s’est retrouvée seule, avec son moulin."

Création de l’association Moli d’Oli

En 2020, le moulin à huile fonctionne grâce à des employés municipaux et des bénévoles, alors mobilisés pour aider le moulinier.
"Mais il était devenu délicat pour la mairie de dépêcher deux mois durant des employés municipaux au moulin", poursuit
Catherine.
C’est à ce moment que l’association Moli d’Oli voit le jour, en avril 2021. Et s’active. Objectif : mobiliser des troupes, réhabiliter l’ensemble.

"Nous avons signé une convention avec la mairie. Toqué à la porte de la Fondation du patrimoine pour bénéficier de mécénat. On s’est fait connaître ici et là. Nous sommes même allés jusqu’à contacter la production de l’émission TV La carte au trésor pour que le moulin ait de la visibilité."

Moli d’Oli est aussi récent lauréat du Loto du Patrimoine (nos éditions précédentes).

L’association évalue le montant des travaux de réhabilitation à 700 000 euros, répartis en deux tranches. "La première englobe
la charpente, la meule, la roue à aubes, les enfers, le mur de soutènement…"

Sans oublier la rénovation des canaux, car l’eau ne parvenait plus jusqu’à la roue à aubes. Du moins jusqu’à
récemment. "On a réussi à refaire couler un filet au moment des Journées du patrimoine ! C’était magique…"

Recherche de bénévoles

La deuxième phase sera, elle, lancée en 2026. Elle consistera à restaurer tous les intérieurs, à commencer par la rénovation
de la ressence pour la transformer en musée vivant.

"On expliquera comment elle fonctionnait. On continuera de dispenser des formations pour les gens qui souhaitent s’occuper de leurs oliviers. On mettra en place des visites scolaires autour de la trituration, mais aussi des ateliers de fabrication autour de l’olive, des expos, etc.  C’est un lieu qui doit vivre !"

À noter que l’association invite tous ceux qui le souhaitent à rejoindre ses rangs.

"Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues. Nous avons aussi besoin de compétences en plomberie,
maçonnerie, charpente…"

bottom of page